Send your support this Giving Tuesday! Give Now

Plaidoyer pour l’ajout de la santé et des droits sexuels et reproductifs aux programmes de développement et de sécurité au Sahel

Notes politiques

Les pays du Sahel doivent faire face aux impacts cumulés d’une population jeune très importante, de l’extrême pauvreté, de l’insécurité alimentaire, des catastrophes naturelles aggravées par la crise climatique, des déplacements forcés et des conflits, notamment le terrorisme transnational.1 Le G5 Sahel, un cadre de coordination de la sécurité qui réunit les cinq pays du Sahel, a été mis sur pied en 2014 dans le but de répondre aux menaces transfrontalières croissantes. En 2017, l’Alliance Sahel a été constituée par un groupe de bailleurs de fonds qui financent les programmes du G5 Sahel. Pour assurer le bien-être de leurs populations, les pays du Sahel doivent prendre, avec l’aide de l’Alliance Sahel et de la communauté internationale au sens large, des mesures qui vont au-delà des approches traditionnelles en matière de sécurité afin de résoudre les défis complexes auxquels ils sont confrontés. Ils doivent notamment admettre que l’égalité des genres, l’autonomisation des femmes ainsi que la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) constituent des éléments indispensables à la prévention des conflits et la reconstruction des sociétés.

Le G5 Sahel et l’Alliance Sahel doivent tous deux adopter des approches fondées sur les droits et axées sur l’égalité des genres pour étayer leurs stratégies de sécurité et de développement s’ils veulent assurer leur efficacité et leur pérennité dans le temps. Ces efforts doivent au minimum offrir les garanties suivantes : 1) les opérations de sécurité du G5 Sahel donnent la priorité à la protection et à l’autonomisation des femmes, des filles et des jeunes, 2) les priorités stratégiques du G5 Sahel et de l’Alliance Sahel englobent la SDSR et prêtent une attention particulière aux besoins et les droits des femmes, des filles et des jeunes et 3) des fonds sont prévus en quantité suffisante pour financer la SDSR en tant que domaine prioritaire.

Les Organisations de la Société Civile (OSC) au niveau local et international devraient saisir les opportunités offertes par ces doubles initiatives pour plaider en faveur d’investissements en SDSR en vue de renforcer la résilience et de lutter contre la pauvreté et l’instabilité dans la région.

Join Us This Giving Tuesday

Help make sexual and reproductive health and rights a reality for all with a tax-deductible gift to PAI!

Donate Now

Continue to PAI.org homepage

Join Us

Get Updates

Stay informed about the issues impacting sexual and reproductive health and rights.

Sign Up

Donate

Be a champion for women and girls around the world.

Support Our Work

Engage

Join the movement to advance the rights of women and girls.

Take Action